Que fait-on en novembre?

Nov 7, 2021 | Articles, Pour débutants

À ce moment, vous devriez avoir complété votre nourrissage et traité votre ruche depuis la mi-octobre (septembre et octobre). Si votre nourrisseur n’est pas déjà enlevé, c’est le temps de le faire. Les dernières interventions au rucher se font généralement en novembre; traitement d’acide oxalique, isolation et sous-pesage des ruches.

L’acide oxalique : une garantie économique

Lorsque les températures se situent entre  6 et 8 degrés C, il est temps de faire le dernier traitement contre la varroase. On utilise à ce moment-ci l’acide oxalique. Ce traitement peut se faire en fumigation ou par dégouttement à l’aide d’une seringue. L ‘acide oxalique vient compléter le traitement que vous avez utilisé en septembre (acide formique, thymol, apivar, apistan, etc…). Malheureusement, pendant la ponte il est impossible de venir à bout de tous les varroas. Avec les chutes de températures de l’automne, la ponte de la reine diminue, et les varroas dans la ruche ne se trouvent habituellement que sur les abeilles, et non à l’intérieur des alvéoles operculées.

L’acide oxalique est un traitement naturel qui agit efficacement sur le varroa hors du couvain. En terminant la saison avec l’oxalique, vous vous garantissez une ruche qui ne succombera pas à l’infestation de la varroase et qui augmentera ses chances de passer au travers de la saison hivernale sans parasites dérangeants. Et en plus, ça ne coûte pas cher!

Explication de la méthode par fumigation (OS-1300)

Explication de la méthode par dégouttement (AO-1200)

Dorloter ses abeilles…ni trop ni trop peu!

Novembre est aussi le temps de penser à isoler sa ruche. Attention! Le piège des apiculteurs débutants consiste à vouloir trop isoler la ruche. Les abeilles ne meurent pas de froid. Elles sont plutôt affectées par l’humidité qui provoque une condensation dans la ruche. Les apiculteurs de la Finlande nous ont appris que le plus important n’est pas l’isolation, mais l’aménagement d’une circulation d’air dans la ruche pour évacuer l’humidité. L’entre-toit avec une fente d’aération est indispensable pendant l’hiver. Veillez à surélever votre toit avec un isolant styromousse afin de dégager l’ouverture. L’air doit circuler entre la fente de l’entre-toit et l’ouverture inferieure de la ruche. Vous devez donc enlever votre réducteur d’entrée ou l’entrée de ruche a piton/coulisses. Au printemps, on utilise le réducteur afin de bloquer les courants d’air qui pourraient venir refroidir le couvain. En automne, le réducteur d’entrée est utilisé pour limiter le pillage et l’introduction des rongeurs dans la ruche. Une entrée plus petite facilite la tâche aux gardiennes de la colonie.

Quand le froid est bien entamé, les souris ont déjà trouvé leur maison pour l’hiver, et les guêpes ne sont plus une menace. Protéger l’entrée ne devient plus une nécessité. Mais le plus important à se rappeler, c’est que pendant l’hiver, beaucoup d’ouvrières meurent, et les jeunes abeilles font le ménage. Quand on laisse une petite entrée à la ruche, le trou finit par se boucher d’abeilles mortes et l’air ne passe plus. La condensation se crée et l’air devient toxique par tant de CO2 produit par la grappe.

Arrêtez de paniquer, et enlevez le réducteur d’entrée quand l’hiver est bien arrivé. Maintenant, quel isolant prendre? Simple, pensez à l’isolant bulle « thermofoil » ou au « BeeCozy », tous deux efficaces pour réduire le froid des grands vents hivernaux. J’ai tendance à privilégier le thermofoil pour les ruches qui sont bien protégées, par exemple dans une cour arrière, par une haie de cèdre. Pour les climats plus nordiques, en montagne, sujets aux températures extrêmes, je conseille habituellement le BeeCozy, réputé pour conserver une bonne chaleur dans la ruche.

Avez-vous une bonne mémoire?

Avant de souhaiter Joyeux Noël à vos abeilles, tentez de sous-peser la ruche et de prendre conscience du poids général de la ruche. Le plus important est de garder une mémoire corporelle de la ruche. Vous pourrez ainsi comparer en février, lors d’une visite rapide sans faire de bruit, si la ruche a utilisé beaucoup de ressources ou non. Cela vous permettra de juger si la ruche a besoin d’un petit surplus d’alimentation (candi Apifonda) pour se rendre au printemps ou si elle est encore bien portante.

Maintenant, c’est le moment de laisser la ruche en paix et d’aller apprécier les flocons de neige qui tombent doucement.

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetour à la boutique